Qui est le meilleur acheteur pour une entreprise en vente?

Il s’agit d’une question à laquelle il est impossible de répondre hâtivement. La définition du meilleur acheteur est aussi variée que le nombre de répondants possibles, et il est donc difficile d’établir un consensus à cet égard. Le meilleur acheteur est-il un fonds d’investissement privé ou un investisseur stratégique? Celui qui offre le prix le plus élevé avant impôt ou le prix le plus élevé après impôt, ou encore celui qui offre un montant élevé, mais qui exige que le vendeur  finance une grande partie de la transaction? Est-ce l’acheteur qui propose une somme moyenne et souhaite garder l’ensemble du personnel, ou celui qui désire consolider l’entreprise avec une autre et ainsi licencier un grand nombre d’employés? Celui qui offre un prix raisonnable et souhaite vous embaucher pour gérer l’entreprise?

Dans une telle situation, un chef d’entreprise doit considérer de nombreux facteurs.

Souvent, les dirigeants nous disent que « tout » est à vendre, et que si un acheteur soumet une offre intéressante, une entente sera conclue et le propriétaire se départira de son entreprise rapidement. Cette affirmation est de celles que l’on entend le plus souvent, mais qui pourtant se concrétise rarement.

Une fois qu’un dirigeant entreprend des discussions sérieuses au sujet de la vente de son entreprise, les éléments ayant une importance émotionnelle apparaissent progressivement, et le vendeur fait généralement de son mieux pour préserver son bien-être, celui de ses employés et de son entreprise.

Le processus de vente d’une entreprise est très complexe et extrêmement spécialisé. Un dirigeant qui compte vendre son entreprise doit sérieusement envisager la consultation d’experts dans ce domaine. Un grand nombre de questions juridiques, fiscales, comptables, relevant de l’assurance et des ressources humaines comportent des aspects techniques qui, négligés, peuvent exposer le vendeur à des risques importants dans une transaction. Le processus étant si complexe et les erreurs si coûteuses qu’il est important de choisir un conseiller en fusions-acquisitions pour vous guider durant cette démarche.

Avant d’annoncer l’entreprise sur le marché, l’expert en fusions-acquisitions passe beaucoup de temps avec le vendeur pour l’aider à prendre connaissance de toutes les variables pertinentes dans le processus de vente de son entreprise. Il est important que ce dernier comprenne bien ses options ainsi que les obligations qui en découlent, afin de pouvoir définir très clairement les limites d’un éventuel accord avec un acheteur potentiel.

Une fois la transaction conclue, et dépendamment de l’acheteur, l’entreprise sera exploitée différemment. Savoir comment un acheteur potentiel envisage l’avenir de votre entreprise peut se révéler un élément essentiel d’une transaction réussie. Consulter un spécialiste en fusions‑acquisitions pour discuter des tenants et aboutissants d’une transaction est toujours avantageux pour un vendeur potentiel. Grâce aux conseils d’un expert, il peut ainsi décider des scénarios qu’il juge acceptables et souhaitables. Dès lors que le vendeur saisit bien les étapes du processus de vente et que son conseiller sait quelles sont ses priorités, la démarche est plus susceptible de se révéler satisfaisante pour toutes les parties.